29/06/2009

CHAPITRE I, page 8

Un cri strident retentit, suivi d’une longue complainte rauque semblant venir d’outre-tombe. Puis un deuxième, et encore un troisième, celui-là, à n’en pas finir. Paul qui s’était assoupi sursauta et se leva inquiet, suivi de Nana tout aussi paniquée. « C’est quoi ce hurlement, c'est pas vrai, il y a eu un accident! ».

Enna, Eldjo et Had avaient tout trois le nez planté dans leur verre de vin blanc. Had prenait consciencieusement quelques notes. Ils ne bronchèrent pas. Un sourire en coin illumina le visage du Russe, et il dit aux deux affolés « On voit bien que c’est la première fois que vous participez à nos réunions, vous deux. Vous ne connaissez pas le surnom de Jean-Claude ?»

Paul se dirigea vers la porte « Non mais arrête là, il est où ton Jean Claude, il s’est passé quelque chose de grave là ! »

Eljo leva enfin la tête, délaissant pour un instant les flaveurs de rose, de feuilles de géranium et de cardamome. « Le cri » dit-il placidement.

« Quoi le cri, je l’ai entendu, il faut aller voir, c’est sérieux ! » s’énerva Paul.

« Le cri, Jean Claude, son surnom, c’est le Cri » ajouta posément Eldjo, par saccades.

« Mais tu déconnes ! » dit Paul en reprenant sa respiration.

« Ben non » dit Had. « Bourrés, il y en a qui s’endorment, d’autres qui deviennent violents, qui s’emmurent, rient, clashent, vomissent, ou parlent sans cesse, et bien il y en a un qui crie, c’est Jean-Claude. Il est pas bien dangereux » souria-t-il.

« Il parle pas beaucoup à jeun, donc ça lui fait sans doute du bien. Il doit dormir comme un bébé maintenant » rajouta Enna, amusée.

Paul avait le regard figé, halluciné, la bouche bée et les bras balants, comme s’il participait à sa première rencontre du troisième type. Après un temps d'arrêt, il articula difficilement « Vous êtes tous dingues, vous ingurgitez des hectolitres de bière et de vin sous prétexte d’y rechercher de la coriandre ou du safran, et puis après vous trouvez normal de vider vos tripes dans les escaliers, et maintenant on peut aussi hurler à la mort dans la rue, réveiller la ville entière, et demain ce sera quoi, ça va vous prendre de … »

« De pisser comme je pleure sur les femmes infidèles » chanta Eldjo. « On le passe quand ce "Port d’Amsterdam", ça fait longtemps ! », et puis il replongea consciencieusement son nez dans le second verre. Il y sentit une désagréable odeur de diesel, de gaz, puis après avoir agité gentiment le vin, il y détecta quelques notes d'agrumes confits mêlés à quelques fragrances rappelant le mur humide, mais qu'il trouva noble. Une petite moue de satisfaction, et il en but une grande gorgée.

« Vous êtes tarés, j’y vais » s’énerva Paul.

« Oui, c’est ça, va déjà préparer ton mémoire, tu es déjà en retard dans ton avance». lança Eljo.

« A propos de coriandre, on passe aux blanches ? » demanda sérieusement Had.

« Vous faites ce que vous voulez, dit Enna, mais moi j’ai un dernier quizz chanson à vous proposer. »

« Ok, vas-y » dit Had. « En attendant, les deux blancs, là, ce sont un Muscat et un Riesling ».

« Non » dit Eljo « J’irais vers un Gewurztraminer, très basique, un peu lait UHT, quoi, et puis un bon Riesling ».

Le Russe présenta les bouteilles. « La première, c’est bien un gewurztraminer de notre grande surface préférée, j’ai vu qu’Eldjo en avait amené une caisse, il va devoir le boire seul, c’est vraiment de la flotte ». « Je les ai déjà tous goûtés au moins une fois leurs vins » dit Eljo.  « J’avais trouvé celui-là, hum, caractéristique et pas cher. Je dois avouer qu’en comparaison avec l’autre, il souffre beaucoup ».

« La seconde, c’est une bouteille de Rielsing des Comtes d’Eguisheim 1978 que j’ai piqué dans la cave paternelle, c’est du Leon Beyer, il paraît que c’est bon ».

« C’est en effet d‘un autre niveau » dit Had. « Ah oui? » s'étonna Gaby. « Moi je préfère nettement la première, c’est imbuvable ton Riesling, ça pique et ça pue ! ».

« Je mélangerais bien les deux » dit Dan.

« Vraiment taré. Je vais finir par être d’accord avec Paul. » se marra Had.

Quelques notes de musique s’échappèrent à nouveau de la vieille enceinte. « Bon on écoute ça, j’ai quelque chose à vous dire les gars ! » dit Enna.

23:44 Écrit par Vinature dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : beyer, gewurztraminer, alsace, riesling |  Facebook |