10/06/2009

CHAPITRE I, page 6

Enna grimpa quatre à quatre les escaliers de la tour pour rejoindre le kot du Russe qui accueillait cette dernière réunion itinérante musico-bibitive. Le principe de leur soirée était simple, chaque participant proposait un thème musical et un autre liquide. Le sort décidait du reste, pour une fois peut-être. La musique serait la sienne, elle avait réuni quelques vinyles et cassettes reprenant ses morceaux choisis, ancrés dans sa chair. Cette soirée ne serait pas anodine. Le liquide, lui, serait blanc, la couleur choisie par le Russe. Connaissant la réputation de cet amas de chair sympathique, Enna craignait le pire, quoique. Ses pensées encore à fleur de peau, elle restait indifférente à la crasse qui encombrait ces escaliers, et sillonnait avec habitude entre gobelets plastiques écrasés et journaux déchirés, sautant prestement d'une marche à l'autre.  Même l’odeur poisseuse qui se dégageait des murs ne la ralentit pas. Se rapprochant, elle reconnut la musique préférée d'Elljo et fredonna le tube d'XTC, pensant fugacement que d'autres l'avalaient désespérément.

Sans frapper elle entra dans le commu. Son regard embrassa l’assemblée. Debout, accoudés au bar, un vieux-temps à la main, Elljo, Had et le Russe riaient grassement en se bourrant les côtes. Elle ne les fréquentait que depuis un an et pourtant, elle avait le sentiment de les connaître par cœur, à défaut de les comprendre. Elle les surnommait les « dinosaures », non pas car ils hantaient les rues universitaires depuis la nuit des temps, mais bien car sous leurs dehors sympathiques et enjoués, elle voyait en eux un tas de cuirasses et de carapaces fossilisées. Elle avait jusqu’à présent, évité de leur en donner la raison exacte de ce surnom, les laissant gentiment fantasmer.

Et pourtant, elle les adorait. Elljo, l’échevelé, la tignasse toujours en friche était le plus silencieux des trois, s’exprimant par flèches, souvent justement décochées, parfois empoisonnées. Il pouvait facilement blesser, comme il pouvait, d’un mot, rassurer. Had avait le regard vif, le verbe juste, l’esprit clair et rapide. Jamais à défaut d’argument, il en était parfois lassant, mais toujours convaincant. Il pouvait décortiquer un problème et le résoudre, comme, enfant il disséquait insectes et petits mollusques. Le Russe n’était pas russe, mais il aimait boire la vodka et brouter l’herbe de bison. Il en avait aussit l’apparence, celle du méchant de James Bond, une petite cicatrice au coin de l’œil pour sceller la légende. Son apparence était celle d’un ours, blanc de Sibérie bien sûr, et son caractère rappelait la même bestiole, mais en peluche.

À table, Gaby, Pouillot, Dan et le Cri tapaient silencieusement la carte. Nana et Paul, écroulés dans le fauteuil mousse élimé échangeaient quelques propos anodins. Deux visages moins connus, et silencieux, la regardèrent entrer, impressionnés. Enna s'amusa du contraste entre les groupes et, après un temps d'arrêt, s’écria violemment « Et là, debout les morts, vous m’avez attendus, vous avez bien fait, je ne suis pas venue ici pour me marrer ! »

 

 

01:15 Écrit par Vinature dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : xtc |  Facebook |

Commentaires

... Zut, combien de temps va-t-il falloir attendre pour la prochaine page ? Mais que va-t-elle annoncer ?...

Je suis scotchée ! Quel talent !
A te lire, je sens le vin jusqu'ici ;-)

Écrit par : Michaëlle | 18/06/2009

merci Michaëlle; voilà la nouvelle page, et les odeurs changent ;-)

à bientôt

Laurent

Écrit par : LaurentVinature | 21/06/2009

Les commentaires sont fermés.